Nous, féministes, autrices, universitaires, journalistes exerçons notre droit de réponse et vous appelons à soutenir les salariées de Dialogues en signant ce texte en envoyant un mail à espace.lcause@gmail.com

------------------------

Cela fait maintenant plusieurs semaines que Charles Kermarec, propriétaire de Dialogues à Brest, a été mis en examen pour agression sexuelle et harcèlement sexuel, suite à une plainte déposée par une salariée de la librairie.

Elle ne serait pas la seule. D’autres salariées, au moins une dizaine, auraient évoqué, par des témoignages, devant les enquêteurs, des agressions sexuelles.

Il a le droit à la présomption d’innocence, c’est une évidence.

La justice fera son travail et on sait qu’elle prend très au sérieux les affaires de violences sexuelles.

Mais depuis des voix s’élèvent. Ils sont auteurs, libraires et réagissent au « sort » réservé à Charles Kermarec, en publiant, le 21 octobre 2018, un plaidoyer en sa faveur. Comme toujours, les pensées vont pour l’homme « frappé par une cabale qui le vise dans son honneur »… Pour cet homme qui «a certainement des défauts… » mais pas celui de « la goujaterie » Larousse – Goujat : Homme grossier, indélicat (surtout envers les femmes).

Et nous, nous sommes stupéfaites par le peu d’égard réservé aux plaignantes. Ces stéréotypes qu’on croyait d’un autre siècle insultent les femmes ainsi que toutes celles et ceux qui tiennent à la dignité humaine et qui luttent au quotidien pour faire avancer l’égalité femmes-hommes. La décence c’est aussi de ne pas oublier les femmes qui ont peut-être subi des actes odieux et vivent des moments très difficiles. Nous connaissons, nous les femmes, la difficulté à briser le silence, à dire non pour rendre visible la domination masculine.

Notre pensée va donc vers elles et nous saluons le courage de ces femmes car nous connaissons trop les ravages des violences sexuelles et du harcèlement sexuel au travail : démission, mort à petits feux, perte de l’instinct vital, dépression…

Elles ont droit à la présomption de victimes.

Que les faits soient avérés ou pas, nous retrouverons dans ce plaidoyer les ingrédients auxquels nous sommes systématiquement confrontées quand nous accompagnons des femmes victimes de violences : mise en cause de la crédibilité des victimes, solidarité immédiate pour l’agresseur présumé, misogynie, arrogance de classe, propos qui tendent à minimiser la gravité des violences sexuelles et qui tendent à en faire une sorte de dérapage, de « frasques »

Propos qui envoient un message simple aux victimes présentes et futures : « Ne portez pas plainte ! »

Ces personnes, qui immédiatement dans un réflexe d’auto-protection, manifestent leur soutien à Charles Kermarec, nous renseignent sur la façon dont on traite, dans nos sociétés, les femmes qui ont subi des violences : la parole d’un homme vaut toujours plus que celle d’une femme. Ces propos tendent à minimiser à quel point la réalité des violences faites aux femmes est méconnue. De la part d’une élite qui prétend incarner notre société, c’est particulièrement inquiétant… Il nous reste vraiment du chemin à faire.

 

 

Le collectif de femmes de LCause : Chantal PINVIDIC, Elaine APPRIOU, Yveline GOUEZ, Marilyn MEAR, Nolwen PERRON, Dany SOUBIGOU, Marion PLUMET, Marie Claire RAOUL, Marie Odile CAMUS, Lise QUIDELLEUR, Vanessa JEGOU, Emma MARTINASSO, Lydie FLOCHLAY, Janine DUBOIS, Françoise DAUNAY, Elisabeth PLUMET, Laurence PICHON, Micheline LEROUX, Sarah MINGANT, Isabelle NIVEZ, Annie BEGOT

SIGNATAIRES : 

Des autrices venues à Dialogues

- Marie Jo BONNET, historienne

- Arlette GAUTIER, sociologue

- Yvonne GUICHARD-CLAUDIC, sociologue

- Elisabeth WEISSMAN, journaliste, essayiste

 

Et,

CFDT, Sophie BINET (dirigeante nationale CGT/égalité F/H), Anne Véronique ROUDAUT (CGT Finistère), UL-CGT de Brest, SUD/Solidaires, UNSA Brest Métropole

Nathalie CHALINE (élue de Brest), Anne Marie KERVERN (élue de Brest), Pierre GUEZENNEC (élu de Brest), Isabelle MONTANARI (élue de Brest), Marif LOUSSOUARN (élue de Brest), Ronan PICHON (élu de Brest), NPA,

Le MAQUIS, GAST, PLANNING FAMILIAL de Brest, Catherine LE MOAN (présidente du CIDFF29), Françoise CONAN (Ancienne chargée égalité F/H – UBO), Christèle FRAISSE (psychologue sociale), Marie Laure DEROFF (sociologue), Lise COMMUNAL (juriste), Cécile PLAUD (référente discriminations – ENSTA), Gilbert CAER (Hébergement AGEHB), Marie Jo PORDIE (co-fondatrice de la Maison des femmes de Bordeaux),

Nadine RAOUL, Danielle HERRY, Hervé HALL, Louise FORLODOU, Clara DAUNAY, Jean Charles PLANCHENAULT, Sylvaine MOUTON-HAMON, Martine JOUVIN, Anne Charlotte HAES, Anne PLUMET, Jessica ROUMEUR, Rodolphe KELLER, Sophie D’ORGEVAL, Marie Paule BIS, Simone ROZEC, Lionel JAFFRES, Christiane CORNEN, Sophie YOUENOU-BOUEDRAN, Hélène BARTHELEMY, Yves PLUMET, Morgane BOUGEARD, Alister FEITLER, Maryse LAURENT, Jean Michel de CHAISEMARTIN, Laura RIOS-GUARDIOLA, Christiane LE ROLLAND, Bruno BONIOU, Sandrine VATON, Maeva GODEC, Jean Paul TANGUY, Virginie ANTOINE, André GARCON, Nicole BRONNEC, Martine TANGUY, Naïg VAINEAU-GASPERMENT, Béatrice WILLIE-PARAN,Yvonne PLOUZENNEC.